C'est l'histoire d'une petite fille qui ne voulait pas grandir, pour ne pas, selon ses propres mots, "devenir aussi triste que ses parents".


Elle ne comprenait rien du tout aux grandes personnes qui passent leur temps à s'ennuyer et qui ne savent plus jouer, alors que pourtant, c'est pas si compliqué. En plus de ça, elle se faisait gronder quand elle jouait "trop fort", ou "trop tard", ou "trop n'importe quoi".... Qu'est ce que ça veut dire de jouer "trop"?

-"Arrête de courrir partout!", "Reste un peu tranquile.", "Bon, c'est plus l'heure de jouer, va te brosser les dent et au lit.", "Arrête donc ton boucan on s'entend plus penser!".

Que les grands ne savent plus jouer, d'accord, mais qu'ils empêchent les petits de le faire, c'est pas juste! Ils sont jaloux ou quoi?
Elle a bien essayé de leur apprendre mais ils comprennent rien, ou alors ils font d'autres choses en même temps, ou alors après cinq minutes ils arrêtent, fatigués (enfin c'est ce qu'ils disent). À croire qu'ils sont tout le temps fatigués... Elle se disait que jouer, pour les grands, c'est un peu comme sortir le chien: ils le font parce qu'ils se sentent obligés, mais ils en ont pas vraiment envie. Hercule, le chien, il s'en fout, il s'en rend pas compte, il est tout le temps content de sortir, mais elle, elle le voit bien.

Du coup elle a cherché à comprendre ce que pouvaient bien faire ses parents pour s'amuser, mais là non plus elle ne comprenait rien de rien. Ils partent tôt le matin au travail, et vu leurs têtes au retour, le soir, c'est surement pas là-bas qu'ils s'amusent. Ils rentrent fatigués (encore), un peu de ménage, de cuisine, on mange devant la télé... D'accord il y a des trucs rigolos à la télé, mais c'est pas pareil. Dès fois ils l'emmènent au parc ou à la piscine mais même là ils s'amusent pas tant que ça. Ça se voit ces choses là.
La déduction fut terrible: les grands ne s'amusent pas!

C'est depuis ce jour qu'elle a décidé de ne jamais devenir grande.
Le problème d'arrêter de grandir, c'est que les autres, ils continuent de grandir, eux. Alors les copines avec qui elle passait tout sont temps à jouer, et ben elles sont devenues grandes, et elles ont arrêté de jouer avec elle. Du coup elle jouait toute seule, ou avec Hercule, mais c'est quand même moins marrant.

Le temps passait et la petite fille ne grandissait toujours pas. Elle continuait à jouer mais ses copines lui manquaient. Enfin pas ses copines, parce qu'elle étaient toujours là, grandes et ennuyeuses, mais des compagnons de jeux, comme avant. C'est ça qui lui manquait. Elle commençait à s'ennuyer et ça la rendait triste.
Un jour qu'elle fouillait dans ses vieux jouets, elle tomba sur un livre que lui lisait sa maman il y a longtemps et qu'elle aimait beaucoup parce qu'il racontait une histoire super chouette d'enfants qui ne grandissaient pas, dans une ile cachée des adultes au pays imaginaire. C'était l'histoire de Peter Pan.
Après avoir relu le livre, elle compris que tout ça, ce pays imaginaire, les enfants perdus, les fées, c'est ce qu'elle cherchait pour pouvoir continuer à jouer, c'était son pays, ses compagnons de jeux.

Elle était décidée, c'était soit ça, soit devenir ennuyeuse à jamais. L'idée l'effrayait un peu mais tant pis, sa décision était prise.
Elle pris son sac, y mit ses meilleurs jouets, le livre de Peter Pan, et quitta la maison en laissant un mot pour ses parents: "Je suis partie chercher les enfants perdus, ne m'attendez pas pour dinner."

Depuis ce jour, personne ne sait où elle se trouve.

Certain affirment qu'un réseau de prostitution a mis la main dessus et qu'elle est surement en train de faire le tapin dans les rues de Bucarest. Typique des grandes personnes qui passent leur temps à regarder le journal de 20h. Ennuyeux à mourir.
D'autres disent avoir vu une fillette correspondant à la description embarquer sur un voilier en direction des Caraibes.
La police, quant à elle, n'a aucune piste.
Plusieurs jeunes enfants racontent l'avoir vu entrer par la fenêtre de leur chambre pour jouer avec eux (certain disent même qu'elle voulait comme un oiseau). Personne ne pris leur témoignages au sérieux.
Les parents de la fillette, de leur côté, après beaucoup d'inquiétude, se disent persuadés qu'elle est saine et sauve. Ils retrouvent régulièrement des dessins, ou même des jouets en bois, visiblement fabriqués par un enfant, devant leur porte.
Il les gardent précieusement, pensant que c'est leur fille qui, à sa manière, leur dit de ne pas s'inquièter, que tout va bien.
Certain soirs, on peut voir de la lumière dans la chambre de la fillette, et en s'approchant un peu, sans faire de bruit, on peut distinguer la voix de la maman. On dirait qu'elle est en train de ... jouer.